Favoriser la collaboration entre les enseignants de diverses disciplines 

 

Le français est transversal, car il est appris dans le cours de français, mais il est aussi au cœur des autres disciplines scolaires. Pour apprendre des contenus disciplinaires (liés aux sciences, à l’univers social, aux mathématiques, etc.), l’élève doit connaitre la langue de l’école et apprendre à l’utiliser pour atteindre un certain niveau d’abstraction dans l’ensemble des domaines scolaires.  
La plupart des élèves en langue seconde seront scolarisés très vite au sein de classes dites régulières. Pour l’enseignant d’une discipline non linguistique, cela implique autant un enseignement de la discipline concernée (les mathématiques, la géographie, etc.) que du français, qui devient alors un véhicule de savoirs disciplinaires.  

Ce que vous apprendrez dans ce module 

La section propose les objectifs suivants : 

Collaborer avec les enseignants d’une autre langue : 

  • Trouver des manières de collaborer avec des enseignants d’autres langues 
  • Concevoir des activités communes, qui permettent une appréhension efficace des notions enseignées  

Collaborer avec les enseignants d’autres disciplines :

  • Permettre aux élèves de transférer leurs connaissances du français lors de l’apprentissage d’autres disciplines 
  • Reconnaitre le rôle du français dans l’apprentissage des autres disciplines 
  • Faire des liens entre les disciplines linguistiques et non linguistiques 
(voir également Marille 2011, 33–36) [site uniquement disponible en anglais et en allemand]

Réfléchir sur les idées clés 

Concevoir des activités communes et des manières de collaborer 

Il est maintenant admis que l’enseignement de la littératie concerne l’ensemble des enseignants, qu’ils enseignent les langues ou d’autres disciplines. Cela dit, il est évident que l’enseignant de langue adoptera un regard plus fin sur l’apprentissage langagier de ses élèves et que, à sa disposition, il aura plus de ressources concernant les langues. Ils ont donc un rôle spécial à jouer dans ce domaine. 

Visionnez une vidéo pour réfléchir sur la collaboration: “The Babel Show” (“comment faire un travail de groupe quand on ne parle pas la même langue ?”) 

La langue de l’école est complexe pour les élèves 

Il a longtemps été tenu pour acquis que les élèves apprenaient simplement la langue de l’école et les registres qui la caractérisent ; de nos jours, nombreux sont ceux qui questionnent cette supposition. La langue de l’école comporte d’importants défis pour l’élève dont cette langue est également la langue première. Le soutien additionnel qui est offert aux élèves en langue seconde peut donc être profitable pour l’élève francophone. 

Un enseignement de la langue interdisciplinaire sera donc avantageux pour l’ensemble des élèves. La collaboration de tous les enseignants est donc hautement souhaitée. Les enseignants de disciplines non linguistiques sont experts de leur discipline, mais ils savent également comment la langue s’utilise au sein de la discipline qu’ils enseignent. 

  • Comment la langue s’utilise-t-il d’une discipline à l’autre ? 
  • Qu’est-ce qui rend la langue de l’école si complexe ? 
  • Comment le français appris dans le cours de français peut-il être mis en relation avec les autres disciplines? Est-ce que les élèves peuvent comparer, analyser et identifier les caractéristiques de la langue telle qu’elles se manifestent dans les disciplines de son programme d’étude ? 
  • Comment les connaissances linguistiques de l’élève peuvent-elles être transférée d’une discipline à l’autre? 

Deux projets du CELV focalisent sur la langue de l’école et son intégration dans les disciplines non linguistiques. Vous pouvez vous documenter à leur sujet ici :

5 principes pour inclure un enseignement de la langue dans son enseignement d’une discipline non linguistique 

Plusieurs chercheurs ont cherché à circonscrire les caractéristiques d’un enseignement efficace des langues. Jim Cummins, éminent chercheur canadien contribuant à ce domaine, a identifié les trois fondements d’un enseignement pertinent de la langue de l’école auprès des élèves en langue seconde : l’activation des connaissances antérieures, les inputs compréhensions et l’exploration systématique du fonctionnement de la langue.

Activités 

  • LA LANGUE DE L’ÉCOLE VS LA LANGUE DE TOUS LES JOURS 
  • PLURILINGUISME ET PLURICULTURALISME EN L'ENSEIGNEMENT D'UNE MATIÈRE 
  • EXEMPLES DE TRAVAIL SUR UNE MATIÈRE DE LA LANGUE DE SCOLARISATION EN UTILISANT LES LANGUES DES ÉLÈVES

La langue de l’école vs la langue de tous les jours 

Partie 1 : L’abstraction et la conceptualisation 

Le langage évolue en fonction du degré d'abstraction et de conceptualisation auquel on se situe à chacun des niveaux d'enseignement. Regardez ce tableau de Vigner (2001) 

Partie 2 : Concevoir une activité de réinvestissement à l’exercice proposé ci-dessus. 

  • Comment pourriez-vous vous assurer que les élèves mettent en application et transfèrent les habiletés développées dans l’activité précédente ? 

Partie 3 : Observer l’utilisation de la langue en classe 

Visitez un cours de votre choix, celui-ci ne devant pas porter sur l’enseignement d’une langue. Portez attention à la langue qu’utilise l’enseignant et à celle qu’utilisent les élèves.  

Préparez vos visites en préparant de trois à cinq questions portant sur des enjeux disciplinaires qui vous intéressent. Vous pourriez vous inspirez des questions suivantes : 

  • Comment la langue de l’école diffère-t-elle dans le discours des élèves et des enseignants de cette classe ? 
  • En quoi la discipline enseignée vient-elle influencer l’utilisation de la langue de l’école ? 
  • Comment la langue de l’école est-elle soutenue par la langue de tous les jours ? 
  • Quels sont les rôles des langues orale et écrite dans cette classe ?  Quelle modalité est la plus souvent utilisée, orale ou écrite ? 
  • Quelles sont les observations générales que vous faites quant à l’usage de la langue dans cette classe ? 

Posez-vous maintenant les questions suivantes : Comment les enseignants de langue et les enseignants de disciplines non linguistiques pourraient-ils collaborer ? Comment une telle collaboration pourrait-elle soutenir l’apprentissage des élèves ? 

 

Plurilinguisme et pluriculturalisme en l'enseignement d'une matière

Les établissements scolaires sont de plus en plus confrontés à la difficulté d’intégrer dans leurs classes, des apprenants venant d’horizons linguistiques et culturels très divers. Le kit de formation propose une façon innovante de gérer la diversité en classe, en combinant une approche plurilingue et pluriculturelle avec un enseignement centré sur la matière à enseigner. Le lecteur découvrira comment des activités plurilingues centrées sur un sujet particulier peuvent être reliées à différentes matières du curriculum.

Le site web correspondant offre un échantillon d’activités qui illustrent l’approche proposée. Un enseignant du primaire trouvera, par exemple, des activités adaptées aux mathématiques, au sport et/ou à la musique et, dans le secondaire, l’enseignant d’éducation civique, en sciences sociales et politiques, histoire voudra peut-être s’essayer à la comparaison plurilingue de textes sur le thème de la Déclaration universelle des droits de l’homme.”

Introduction: http://conbat.ecml.at/ConBat/tabid/2315/language/fr-FR/Default.aspx

Header image based on "Coloured pencils chevre" by Chevre (CC BY-SA 3.0).